Découvrons des approches originales de la généalogie

Lire la suite à propos de l’article Abandonné à la naissance, quelles solutions ? (Partie 2, Utiliser l’ADN)
ADN commun et lien de parenté

Abandonné à la naissance, quelles solutions ? (Partie 2, Utiliser l’ADN)

Je venais de lancer mon activité de généalogiste familial professionnel quand le téléphone a sonné... Pour une de mes premières missions, c'était du lourd. Une dame, abandonnée à la naissance qui recherchait ses origines depuis plus de dix ans et qui mettait en moi ses derniers espoirs. J'ai accepté la mission et j'ai beaucoup appris. Une fois explorée la piste du CNAOP (voir article précédent), il reste les tests ADN. Ils peuvent donner d'excellents résultats et donnent accès à des bases de données mondiales où vous pouvez retrouver des gens qui ont de l'ADN commun avec vous. Même si depuis 2023 l'accès à ces tests en France est plus difficile du fait de l'évolution de la réglementation et du retrait du marché français de quelques acteurs clés de cette activité, il reste de nombreuses possibilités. Le kit de test est difficile à obtenir et il faut, la plupart du temps, se faire livrer hors de France, mais le test est extrêmement simple à réaliser et vous coûtera un peu plus d'une centaine d'Euros. Au-delà des origines ethniques et géographiques, qui présentent peu d'intérêt et sont surtout là pour attirer le chaland, vous obtiendrez, par ce test, une liste de personnes avec un % d'ADN commun avec vous. Vous aurez également accès, aux coordonnées de ces gens et aux arbres généalogiques qu'ils ont renseignés, ce qui sera déjà très utile, mais, bien mieux, vous aurez accès également au % d'ADN commun entre ces personnes. Cette information est clé car elle vous permettra de regrouper ces gens en "Clusters" ou "Paquets" indépendants. Les membres d'un "Cluster" ayant, tous de l'ADN commun avec vous et entre eux, mais aucun ADN commun avec les autres personnes de votre liste en dehors du "Cluster". Chacun de ces "Clusters" correspondra donc à une branche de votre arbre généalogique, indépendante des autres branches. Vous en serez alors à la dernière ligne droite de vos recherches, la plus difficile, mais le vrai travail du généalogiste. A partir des arbres donnés sur le site, regroupés en "Clusters" vous devrez croiser l'information avec d'autres sites généalogiques, comme Geneanet, Filae, ou FamilySearch, par exemple pour agrandir ces arbres. Ce travail, que j'ai fait pour ma cliente, m'a permis de découvrir de façon quasi certaine, son père, mais aussi avec une probabilité que j'estime à 60/80% son grand-père maternel. Travail long, technique et difficile, mais à la fin, le résultat peut-être là, partiel souvent, complet parfois, mais inexistant, très rarement. Ce travail sera d'autant plus fructueux qu'il sera mené par un généalogiste professionnel, soit dans son intégralité, soit pour débloquer un point difficile. N'hésitez pas à me contacter.

Continuer la lectureAbandonné à la naissance, quelles solutions ? (Partie 2, Utiliser l’ADN)

Cimetières, lieux de mémoire

J'ai eu la chance de visiter en décembre dernier un des cimetières parmi les plus étonnants qui soient. Les tombes sont si serrées et si anciennes qu'on imagine mal le déroulement des inhumations successives. Plus de 12000 pierres tombales sur 11000m2 de terrain, imaginez ... Les morts ont été enterrés les uns au-dessus des autres, au fil du temps, jusqu'à créer douze couches successives. La tombe la plus ancienne date de 1439, c'est celle du rabbin et poète Avigdor Kara. Ce cimetière est l'ancien cimetière juif de Prague où la dernière inhumation a eu lieu en 1787. Quand on s'y promène, plus de trois siècles sont sous nos pieds, l'histoire du peuple juif de Prague. Au-delà de ce magnifique cimetière, incomparable témoignage du passé, nous avons aussi, en France de nombreux cimetières. Les tombes disparaissent, malheureusement, petit à petit, à mesure que les familles s'éteignent ou changent de lieu de vie. Chaque année, environ 200 000 tombes disparaissent des cimetières français. Heureusement la plateforme européenne de généalogie, Geneanet (voir lien) a lancé l'opération "Sauvons nos tombes". Les volontaires, déjà 28 000 aujourd'hui, peuvent photographier les tombes, déchiffrer les inscriptions, sans toucher aux tombes bien entendu, et alimenter la plateforme collaborative de Geneanet.

Continuer la lectureCimetières, lieux de mémoire
Lire la suite à propos de l’article Arbre généalogique et Maison du Clan au Vietnam
Maison commune du Clan

Arbre généalogique et Maison du Clan au Vietnam

Le culte des ancêtres est un des fondements de la société vietnamienne. La famille vietnamienne est du type patriarcal et on privilégie les ascendances et descendances mâles. Le clan est composé d’un certain nombre de familles descendant d’un ancêtre commun. Il ne comprend que les branches directes et collatérales mâles, c’est à dire agnatiques. Il a une propriété commune, le temple des ancêtres que l'on appelle parfois la maison communale ou maison commune du clan. Le chef du clan est le chef de la branche aînée. Il est chargé de l'entretien de la maison commune et de l'organisation des cérémonies qui y ont lieu régulièrement. Il est également chargé, de tenir à jour un arbre généalogique où sont inscrits par ordre de filiation le nom de chacun des membres défunts du clan, ses dates de naissance et de mort et son lieu de sépulture. Une généalogie toujours à jours, sans généalogiste et sans recherches... Bonne lecture !

Continuer la lectureArbre généalogique et Maison du Clan au Vietnam